UNE VICTOIRE… DANS UN RAPPORT DE FORCE DÉGRADÉ

Comment en est-on arrivé là ? C’est, très légitimement, l’interrogation qui surgit, à gauche, très au-delà des secteurs anti-austérité. On s’aperçoit alors que, trop heureux que la chaîne de la soumission des peuples au dogme austéritaire se fût rompue en son maillon faible, beaucoup s’étaient arrangés avec la réalité. Alexis Tsipras et nos camarades de Syriza ne l’ont pas emporté, le 25 janvier dernier, sous l’effet d’une poussée révolutionnaire, ni même en s’appuyant sur un processus de forte auto-organisation populaire qui leur eût permis de se préparer dans de bien meilleures conditions à l’affrontement d’immense ampleur dont ils allaient devoir assumer le choc. C’est à la tête d’une nation exsangue, contraints dans l’extrême urgence à gérer les problèmes posés par des infrastructures bradées et des richesses pillées par le remboursement de créanciers agissant en parfaits usuriers, n’ayant pour eux que le soutien d’un peuple épuisé par des années de résistance acharnée aux plans de la « Troïka », se retrouvant dans une solitude absolue face à dix-huit gouvernements peu disposés à soutenir leurs revendications (même si, parfois, d’aucuns auront manifesté leur intérêt à un changement des règles au sein de la zone euro), qu’il leur aura fallu entrer dans une négociation d’une âpreté inouïe.

Alexis n’a pas trahi son peuple et ses engagements le 13 juillet. Simplement, il ne disposait pas des moyens de l’épreuve qu’il lui fallait relever. Les « Économistes atterrés » pointent fort justement l’énorme déséquilibre des forces en présence : « Certes, la Grèce avait atteint en 2014 l’équilibre budgétaire primaire, de sorte qu’elle n’avait plus besoin d’augmenter son endettement. Mais elle doit trouver, mois après mois, les fonds nécessaires pour payer les intérêts et faire tourner sa dette (emprunter pour rembourser les emprunts venant à échéance). Cela, qui ne pose pas problème pour un pays en temps ordinaire, donne un pouvoir de contrôle continuel aux créanciers. Syriza (et, en particulier, le ministre des finances Yanis Varoufakis) pensait que l’échec des politiques austérité/réformes libérales était si patent qu’il trouverait des alliés en Espagne, en Italie, au Portugal, en France, dans les partis de gauche et dans les forces syndicales. Mais pour les classes dominantes, pour les technocraties européennes et nationales, pour l’Allemagne, ces politiques sont une composante obligée de la monnaie unique, de sorte qu’elles ont tout fait, et feront toujours tout, pour empêcher leur remise en cause. Elles ne sont pas négociables. Un pays qui les refuse doit quitter la zone euro. Un déluge de propagande s’est abattu sur les peuples européens, s’appuyant sur les errements des classes dirigeantes grecques d’avant 2010, pour leur faire croire qu’ils avaient payé et devraient payer pour la Grèce, comme si la cause de la crise de 2008 était la Grèce et non l’avidité de marchés financiers, comme si la cause des hausses d’impôts et des baisses des dépenses publiques et sociales depuis 2010, c’était la Grèce et non les politiques d’austérité. »

Nos amis ont-ils, à cet égard, mal apprécié le contexte européen ? Peut-être. Reconnaissons cependant que nous ne les avons guère aidés à définir la bonne stratégie, celle qui eût peut-être réussi à desserrer l’étau. J’admire ceux qui, maintenant qu’une partie décisive a été livrée, depuis leurs confortables bureaux situés à quelques milliers de kilomètres, leur reprochent de n’avoir pas quitté la zone euro à partir du moment où ils ne pouvaient faire autrement, en y demeurant, que d’accepter les termes du diktat imaginé par Madame Merkel et Monsieur Schäuble. Techniquement, il était évidemment envisageable d’émettre immédiatement des lettres de créance (les fameux IOU, dans la langue des technocrates) et de nationaliser des banques au bord de l’effondrement faute d’avoir reçu les liquidités de la Banque centrale européenne, préparant ce faisant le rétablissement de la drachme. Politiquement, il existait d’incontestables arguments pour s’inspirer de l’exemple argentin, lorsque le pouvoir de Nestor Kirchner, en 2001, avait fait le choix d’assumer un défaut de paiement de ses créances envers le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, ce qui avait par la suite favorisé une relance de l’économie par l’investissement et l’encouragement à la consommation intérieure. Sauf que le potentiel de la Grèce n’est nullement assimilable à celui de l’Argentine et qu’il n’est nullement certain que le pays ait pu, sans dégâts colossaux et sans un chaos difficilement maîtrisable, dans le contexte d’étranglement qu’il subissait, essuyer le choc d’un effacement unilatéral de sa dette et d’une sortie de la monnaie unique.

Telle est la première leçon de cet été bien sombre : l’illusion aura fait long feu d’un déferlement citoyen qui n’aurait attendu que la première occasion de s’engouffrer dans la brèche ouverte par les Grecs pour bouleverser la donne sur le continent. Chacun doit désormais se rendre à l’évidence : les classes dirigeantes seront parvenues à surmonter la tourmente financière née de la crise des subprimes et, surtout, elles auront réussi à résister aux contestations populaires qui s’en étaient suivies. On me dira que le modèle néolibéral ayant réorganisé le globe ces dernières décennies ne s’en révèle pas moins à bout de souffle. C’est parfaitement exact. À ceci près que, du fait des échecs essuyés par toutes les mobilisations sociales du nord au sud de l’Europe, cet épuisement d’un système prend principalement la forme de convulsions sans fin et de soubresauts à répétitions.

L’EURO ET LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE DÉSORMAIS MENACÉS

Précisément, ce dont attestent les dernières semaines, c’est que le maintien d’Athènes dans le club des pays régis par une monnaie unique ne règle rien. Ni pour la Grèce, c’est l’évidence, ni pour l’Europe ! Et encore moins pour l’euro… Prenons, à cet égard, l’exacte mesure des fractures qui viennent d’apparaître spectaculairement sur l’édifice européen.

D’abord, la Grèce n’en est pas le seul « malade ». Dès lors que les orientations restrictives conduites un peu partout compriment l’activité et engendrent tendances récessives autant que menaces déflationnistes, dans le même temps qu’elles creusent les déficits, d’autres pays vont devoir braver l’insoutenabilité de la dette et de la discipline budgétaire sans fin. Très vite, dès les semaines à venir ou dans les tout prochains mois, la « question grecque » se trouvera de nouveau au menu des tractations bruxelloises. Plus, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Islande, voire la France, peuvent parfaitement se retrouver demain aux prises avec les mécanismes diaboliques codifiés par le Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’Eurozone. L’accord qu’Alexis aura été contraint d’avaliser, bien malgré lui, sera alors forcément considéré, par la droite conservatrice allemande et les eurocrates partageant sa vision du monde, comme faisant jurisprudence. C’est, par conséquent, au choix capital de l’explosion de l'espace monétaire européen du fait d'injonctions devenues à la longue insupportables par une série de pays ou de la vassalisation engendrée par la politique voulue par sa puissance dominante que l’Union européenne se verra confrontée.

Ce qui, dans la foulée, amène à considérer que la conception et les critères sur lesquels on aura voulu fonder la monnaie unique sont devenus parfaitement intenables. Le cas d’école grec démontre que l’euro est indissociablement associé à l’austérité, et qu’il s’avère ipso facto interdit à l’une des nations qui en ont fait leur devise de s’extraire de ce carcan. Or, comme c’est au cycle infernal décrit par Daniel Cohen, austérité-récession-austérité, qu’amène cette approche, la feuille de route du 13 juillet crée d'elle-même les conditions d’une implosion de toute l’architecture imaginée dès le Traité de Maastricht en 1992, avec une monnaie à taux fixe et identique pour tous les pays qui y adhèrent, un taux d’inflation s’appliquant uniformément à des économies très différentes dans leurs structures, une Banque centrale rendue indépendante des États et des politiques de démolition sociale décrétées immuables quels que soient les conjonctures et les votes des peuples.

Enfin, en encourageant des trajectoires de plus en plus éloignées entre pays de la même zone monétaire, et en laissant libre cours aux volontés hégémoniques de la puissance qui aura tiré les principaux bénéfices de cet ordolibéralisme aberrant, en l’occurrence l’Allemagne, ce sont les pires égoïsmes nationaux que l’on aura réveillé en Europe. La manière dont Angela Merkel aura clivé le débat européen, entre ceux qui refuseraient « de payer plus longtemps pour la Grèce » (camp dans lequel elle aura enrôlé les pays de sa sphère d’influence) et les autres (ceux d’Europe du Sud, volontiers taxés de « laxisme »), donnent une sérieuse indication de ce que seront, dans un proche avenir, les affrontements sur le continent. Non seulement, Berlin (sans que cela ne fût, d’ailleurs, l’apanage de la seule CDU-CSU, certains sociaux-démocrates ayant repris la même rengaine) n’aura pas songé un instant à dissimuler que son recul sur l’exclusion de la Grèce de l’Euroland n’était que provisoire et qu’elle remettrait cette exigence sur la table au cas (éminemment probable, on l’a vu) où Athènes serait amenée à solliciter de nouvelles aides pour faire face à un endettement insupportable, mais tout laisse dorénavant penser que ses dirigeants se préparent à la disparition de la monnaie unique, considérant probablement qu’ils en ont retiré tous les dividendes envisageables.

C’est la raison pour laquelle les dissertations un tantinet laborieuses du président de la République sur la nécessité d’un « gouvernement économique » et d’un « Parlement » de la zone euro, couplés à la proposition d’un budget commun aux États impliqués, ont quelque chose de proprement ubuesque. À supposer que ces préconisations, qui furent celles de Jacques Delors lorsqu’il présidait aux destinées de la Commission européenne, aient un jour pu posséder une pertinence, ce que je ne crois pas pour ma part, comment imaginer qu’elles puissent aujourd’hui voir le jour alors que l’on a délibérément accru l’endettement d’un certain nombre de pays en les contraignant à une rigueur sans fin, que l’on vient de miner le principe de solidarité entre nations en dépeçant l’une d’entre elles, que l’on aura réduit à néant l’idée de démocratie en privant un peuple de sa souveraineté sur les choix qui engagent son avenir.

D’évidence, redonner du souffle à l’idée européenne suppose, en tout premier lieu, de remettre en cause le TSCG et d’engager l’épreuve de force incontournable sur les fondements de l’euro. Depuis 2012, François Hollande s’y sera refusé, alors que la France est la seule à pouvoir prendre la tête de cette bataille avec les autorités d’outre-Rhin, en rassemblant derrière elle les pays qui ont un intérêt concordant à s’affranchir de la doxa austéritaire. Elle aura d’ailleurs, en faisant échouer le « Grexit » auquel une majorité du sommet de Bruxelles semblait favorable, démontré qu’elle disposait de réelles marges pour impulser une bifurcation européenne et modifié le rapport des forces sur le continent. Son premier magistrat aura toutefois préféré composer, in fine, avec la chancelière allemande en laissant celle-ci tordre le bras d’Alexis Tsipras.

IL EST TEMPS QUE CHACUN ASSUME SA PART DE RESPONSABILITÉ

Les cinq mois ayant suivi le scrutin du 25 janvier et qui se sont achevés en cette mi-juillet dans la capitale belge appellent un sérieux retour critique de la part des différentes familles de la gauche. Dans l’aire de la majorité gouvernante, cela va sans dire, puisque l’on y aura préféré renoncer à toute initiative plutôt que de prendre le risque de gêner la liberté présidentielle. Autant que du côté des courants anti-austérité, lesquels auront surtout vu, dans le souffle d’air frais venu des rivages helléniques, l’occasion de renouveler leur argumentation face au Parti socialiste, négligeant du même coup la réflexion qui eût été si nécessaire sur la stratégie à déployer pour apporter à nos frères et sœurs de là-bas une aide à la hauteur de leurs attentes. Parlons sans détours : en appeler sur tous les tons à un « Syriza à la française », ou encore s’exalter sur la « révolution citoyenne » censée être partie de Grèce, avaient certainement de quoi nourrir de belles démonstrations rhétoriques, elles ne correspondaient en rien à la réalité et éloignaient leurs auteurs du devoir de réunir le front le plus large en soutien aux demandes du peuple grec et de ses nouveaux dirigeants.

Ne nous trompons pas, à présent, sur les conséquences de l’échec essuyé par Syriza. Le découragement va s’en trouver renforcé chez celles et ceux qui avaient vu dans sa victoire électorale un motif d’espérer de nouveau. Les tendances à la résignation devant un ordre apparaissant inébranlable, autant que les recherches du « moindre mal » pour éviter d’avoir à subir la brutalité libérale incarnée par Madame Merkel, vont simultanément se faire plus fortes. Inévitablement, le doute va un peu plus s’installer dans les consciences sur la possibilité de faire émerger une alternative progressiste à vocation majoritaire, on le voit déjà dans le reflux des intentions de vote pour Podemos en Espagne.

Pour ces raisons, ce n’est certainement pas le moment de se réfugier derrière des explications commodes sur l’issue de la réunion de l’Eurogroupe. L’extrême gauche excelle dans cet exercice consistant à dénoncer la trahison de quiconque n’adhère pas à ses professions de foi révolutionnaristes, et elle a déjà commencé accuser la majorité désignée par les électeurs grecs de « collaboration de classe ». Il ne faudrait pas, à présent, que d’autres se mêlent à leur tour des dissensions internes à Syriza en se cherchant des « correspondants » plus à gauche qu’Alexis Tsipras. L’éclatement du principal parti de la gauche hellène laisserait tout un peuple orphelin de représentation politique, en un moment où le désespoir peut nourrir toutes les aventures. Il ne pourrait, en outre, que conforter le coup de force rampant, en gestation depuis des semaines, pour faire chuter l’actuel gouvernement et le remplacer, au choix, par une coalition d’union nationale voire… par cette équipe de « techniciens » à laquelle le président du Parlement européen, Martin Schulz, avait cru bon de faire allusion avant que le résultat du référendum du 5 juillet ne vînt doucher ses espérances.

La « question grecque » étant appelée à s’inviter de nouveau dans le débat public des semaines à venir, il importe de s’atteler sans délai à la construction du mouvement le plus unitaire possible en défense de la Grèce martyrisée. C’est manifestement possible, bien au-delà du Front de gauche et des écologistes, si l’on veut bien relever qu’au sein du Parti socialiste, jusqu’à son plus haut niveau, des voix se sont faites entendre pour dénoncer le sort réservé à une population à bout de sacrifices et de mortifications, et que dans le syndicalisme commence à s’exprimer un soutien qui n’avait que trop tardé. Voilà le vœu que je voudrais former, au beau milieu de cet été caniculaire : que les divergences fussent profondes à gauche sur la gestion des affaires par l’exécutif ne saurait empêcher de se rassembler pour sauver la Grèce, donc sauver l’idée d’une Europe solidaire, en commençant par faire monter la double exigence d’une conférence sur la restructuration des dettes souveraines et du renoncement à des politiques d’austérité par trop funestes.

Ce serait la meilleure manière, dans la foulée, de rouvrir une discussion close en même temps que Monsieur Sarkozy piétinait le « non » des Français au Traité constitutionnel, sans s’en tenir aux sempiternelles ritournelles sur la « réorientation » de l’Europe. À bien y regarder, ce dont fait foi la dernière séquence, c’est qu’il devient urgent de prendre à bras-le-corps les deux dimensions dont va, à terme, dépendre le devenir de la construction européenne. En tout premier lieu, je l’ai dit, le traité austéritaire imaginé par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, avant que François Hollande ne le rallie. Sa renégociation s’impose, comme le disent des économistes en nombre croissant, et la France y contribuerait en décidant, pour ce qui la concerne, de suspendre son application avant que ne doivent comparaître, devant le tribunal germano-bruxellois, d’autres gouvernements coupables de ne pouvoir demeurer dans les clous de la rigueur budgétaire et du paiement de leurs dettes. En second lieu l’euro, tant il est vrai qu’il serait grand temps de sortir de l’alternative mortifère dans laquelle on s’emploie à enfermer les citoyens, entre sortie de son cadre, au prix de possibles involutions dangereuses, et soumission perpétuelle à un système de normes aussi indépassables qu’absurdes, au prix de terribles régressions sociales et démocratiques. Après tout, on pourrait aisément concevoir une approche faisant de la devise européenne autre chose qu’un instrument disciplinaire auquel les peuples et les États doivent, de gré ou de force, se plier. Pourquoi, par exemple, la Banque centrale repassant sous le contrôle des États, ne pas imaginer un euro qui servirait dans les transactions internationales mais laisserait aux différents pays le loisir de déterminer des taux de change adaptés à leurs situations et aux besoins de leurs économies ?

Pour me résumer, j’ai voulu ici vous faire partager la conviction que nous entrons dans une toute nouvelle période. Qui impose à quiconque veut peser, autant que possible, sur les événements de sortir des postures faciles et des discours si fréquemment répétées qu’ils contribuent à entretenir le statu quo. Et qui requiert le courage de prendre en compte l’extrême complexité d’un moment éminemment difficile pour les peuples…